À Jean-Claude Charles

Hommage à l’ami disparu
jeudi 8 mai 2008
popularité : 17%

Ferdinand, tu as fui Paris…
Jean-Claude, as-tu suivi Cassegrain, ton lapin Muse et confident ?
Tu as marronné vers ailleurs : "Marronner, il faut marronner".
Ho, Jean-Claude, ho ! O la ou yé ?
Nous n’irons plus à Barbizon visiter tes amis peintres, saluer les Mânes de Millet comme nous le fîmes ensemble naguère, avec Elvire, espiègle et vive, alors pareille à un elfe en forêt de Fontainebleau.
Mais sans doute, dans un bondissement, Cassegrain t’aura-t-il mené voir Langston Hughes, Duras, Césaire, ou planer sur l’Artibonite…
Gambader du Marais urbain jusqu’aux abords de réels Champs Élyséens où tu te sentiras bien.

Suzanne Dracius

son dossier sur Île en île