« Déconstructions de l’imaginaire de l’Afrique mythique dans […] "L’autre qui danse" de Suzanne Dracius »

par Mylène Dorcé (Université de Montréal, Québec, Canada),
samedi 7 avril 2012
popularité : 11%

Article de Mylène Dorcé (Université de Montréal, Québec, Canada), « Déconstructions de l’imaginaire de l’Afrique mythique dans En attendant le bonheur de Maryse Condé et L’autre qui danse de Suzanne Dracius » dans l’ouvrage collectif L’Afrique noire dans les imaginaires antillais p. 131-152, coll., Obed Nkunzimana, Marie-Christine Rochmann et Françoise Naudillon (dir.), éd. Karthala, 2011.

Extrait :
« Dracius dénonce ici explicitement certains rituels, tels que l’excision, où la femme est l’objet de maintes tortures, pour des raisons de pureté et de chasteté, ce au profit de la sexualité masculine. Ce genre de questions n’est pas abordé par la Négritude, mouvement qui, encore une fois, ne tient pas compte du statut de la femme, ni de ses droits, ni de la problématique de sa quête identitaire. À travers le personnage de Rehvana, Dracius propose une thèse qui va à l’encontre de la tendance doudouiste, procédé littéraire privilégié de plusieurs écrivains de la Caraïbe francophone qui « exotisaient » la femme, les Antilles et l’Afrique. Dracius choisit plutôt d’illustrer les problèmes auxquels sont confrontées les générations actuelles de femmes d’origine antillaise, en proie à des abus physiques, émotionnels et sexuels, de la part des hommes de leur entourage. »