Maman est morte hier, brusquement mais paisiblement.

Fort-de-France, Pointe des Nègres, 6 janvier 2022
dimanche 9 janvier 2022
par  suzanne
popularité : 55%

Maman est morte hier, brusquement mais paisiblement. Encore sous le choc, je me rassérène peu à peu en songeant qu’elle s’est éteinte dans une réconfortante quiétude.
Effondrée, « volcanique calazaza », comme Manman m’a toujours « kriyé » sans crier, dans sa maternelle aménité caressante comme la peau de ses bras embaumants, je me console un peu en sachant que c’est également sans un cri et en douceur que Maman a rendu son ultime souffle sans douloureuse agonie, sans crispations de souffrance, sans spasmes, très sereinement, en tenant la main de ma petite sœur, la dernière de ses cinq enfants, à l’orée de sa centième année, et qu’elle a eu une belle longue vie, une kyrielle de petits-enfants et arrière-petits-enfants qui grâce à elle ont vu le jour et faisaient sa fierté.
Lorsqu’on vient au monde, on inspire, on aspire de l’air au sortir du ventre de sa mère, à grand bruit, en vivifiante clameur, signe de vie triomphante ; lorsqu’elle a quitté ce monde, celle à qui je dois mon existence expira en sourdine, dixit en substance ma très chère grande sœur Michou, en sa docte sagacité de médecin. Le matin, on l’avait trouvée particulièrement somnolente, on lui a fait un test, négatif, et c’est dans cette lénifiante somnolence, dans un quasi-rêve, que Maman est décédée, partie rejoindre Papa aux Champs Élyséens caribéens.
Dans son métier de correctrice j’ai puisé ma passion des mots, si aptes à panser les maux.
Requiescat in pace ma manman créole, née Pierre-François, dite Mirou, à qui Césaire fit cette dédicace : « À Elmire Dracius, que la Martinique remercie d’avoir mis au jour la Poésie, la vraie : Suzanne ».
C’est cette riante image, chatoyante d’éclats de tendresse, que je veux conserver d’elle.

Fort-de-France, Pointe des Nègres, 6 janvier 2022

Post-scriptum :
Grand merci pour les vivifiantes condoléances en émouvante correspondance avec la définition même du lyrisme – expression poétique de sentiments personnels qui trouvent écho en chacune, chacun de nous –, comme le beau commentaire, sur ma page « Suzanne Dracius auteure, autrice », de Sylvie Mariette Gilberte : « On voudrait te réconforter avec nos petits mots et c’est toi Suzanne qui nous réconfortes en écrivant ce si beau texte et en publiant cette belle photo !!! Bon voyage à ta superbe maman et longue et belle vie à ses descendants, ses si beaux fruits que la terre porte avec bonheur ! »
- Cliquer ici pour lire sur la page « Suzanne Dracius