Suzanne Dracius présidente du jury du Prix Césaire

Remise du prix à la Sorbonne, amphi Cauchy, samedi 6 juin 2015 de 14 h à 18 h.
vendredi 5 juin 2015
popularité : 14%

Le 22 mai, jour de fête de l’Abolition de l’esclavage — "il n’y a pas de coïncidences, que des correspondances", écrivait Suzanne Dracius dans RUE MONTE AU CIEL —, l’écrivaine martiniquaise présidait le jury du Prix Césaire, décerné à 5 jeunes par l’Association des Étudiants Africains de la Sorbonne, en hommage au chantre de la Négritude, tant Aimé – qui écrivit en dédicace à sa mère : « À Elmire Dracius, que la Martinique remercie d’avoir mis au jour la Poésie, la vraie : Suzanne* », ce qui lui vaut toute sa gratitude –, et à ses ancêtres africains qui se libérèrent du joug de la servitude ; cette année, le thème des poèmes est la révolte, et la séance dédiée à Paulette Nardal, ce qui comble sa féminitude.
Les délibérations, en cette vénérable Sorbonne qui fut le cadre de ses chères études, furent un vrai plaisir, une exquise récréation au milieu de la création, un peu de temps volé à l’écriture de son roman, mais sacrifié volontiers sur l’autel de la Poésie.

Remise du Prix Césaire à la Sorbonne, amphi Cauchy, samedi 6 juin 2015 de 14 h à 18 h.
Entrée libre, réservation obligatoire à adeas.sorbonne@gmail.com

* Cette phrase, Césaire tint à ce qu’elle figurât à la fin de l’entretien publié dans PROSOPOPÉES URBAINES, éditions Desnel, 2006, coordonné par Suzanne Dracius : « Scripta manent », les écrits restent.

- Pour commander en ligne à l’éditeur (vendeur indépendant, pas « esclave » du géant, « politiquement correct »), cliquer ici
Envois en France, Outre-mer, Europe, Amérique du Nord (Québec, Canada - USA).

- Évènement Facebook

(Photos de la relecture de l’entretien entre Aimé Césaire et Suzanne Dracius.)
JPEG - 716.8 ko JPEG - 759.3 ko JPEG - 696.5 ko JPEG - 757.4 ko
JPEG - 196.2 ko