Entretien entre Aimé Césaire et Suzanne Dracius

Aimé Césaire (lisant à haute voix le texte de sa dédicace) : — « À Elmire Dracius que la Martinique remercie entre autres choses d’avoir mis au jour la poésie, la vraie : Suzanne ! Merci ! »
mardi 26 juin 2007
popularité : 10%

JPEG - 121.1 ko (Incipit de l’entretien, extrait)
Aimé Césaire. — Bonjour, Rosalie ! Ou Simonise … Non ! Lumina. C’est Lumina que je vois en vous. Mais la Muse africaine, où l’avez-vous cachée ?
Suzanne Dracius. — La Muse Africa, elle est en moi, au fond de moi, n’ayez crainte.
Aimé Césaire. — Elle est un peu vous ?
Suzanne Dracius. — Oui, oui. Elle flotte autour de moi.
Aimé Césaire. — C’est bien. Vous l’avez bien rendu. C’est commode, la mythologie, hein ? Et c’est arrangé pour… Vous avez dit la vérité sur les Martiniquais. Je craignais beaucoup pour vous, parce que, pour la fin, la pauvre Lumina, édentée, boitant, misérable, c’était dur à faire avaler. Enfin… C’est bien. C’est un ouvrage intéressant, à tous les points de vue, et ce n’est pas une histoire avec une mythologie, mais elle est plus vraie que toutes les histoires, et la langue est très bonne, parce que ce n’est pas du créole, mais c’est un français tel, un créole tel, que les Français … Le métissage est réussi.
Suzanne Dracius. — Ah, je vous remercie.
Aimé Césaire. — Et c’était difficile à faire. Je trouve ça astucieux, la mythologie, ça vous dispense de faire une analyse politique, la voix de l’Afrique est là !
Suzanne Dracius. — Oui, voilà.
Aimé Césaire. — Et ça a un sens, la voix de l’Afrique. Et puis il y a une Martiniquaise, Indienne, on peut dire, qui s’appelle Rosalie, non ! Non : Simonise. Et Rosalie, qui est un peu là ! Je vous ai lue, n’est-ce pas ?
Suzanne Dracius. — Vous m’avez plus que lue, vous m’avez vue, vous m’avez débusquée jusque dans les moindres méandres ; ça, ça me fait plaisir.
Aimé Césaire. — Et je vous relirai.

(Conclusion de l’entretien, extrait)
Aimé Césaire. — Oui, c’est lui : c’était le meilleur angliciste de l’époque ; et son fils est devenu aussi professeur d’anglais. (Feuilletant les poèmes.) Et alors, il y a un autre poème de vous ?
Suzanne Dracius. — Oui, par contre tous mes textes ne sont pas encore là. Mais il sera dans l’anthologie, qui s’appellera Prosopopées urbaines.
Aimé Césaire. — Dans la préface ?
Suzanne Dracius. — Non, en tant que poème parmi les autres.
Aimé Césaire. — Donc je vous lirai !
Suzanne Dracius. — Pourrais-je avoir une dédicace pour ma maman ? Juste un petit mot, elle sera extrêmement contente, car elle vous admire beaucoup.
Aimé Césaire. — Son prénom, c’est comment ?
Suzanne Dracius. — Elmire.
Aimé Césaire (écrivant). — Donc vous m’avez dit : Madame Elmire Dracius ?
Suzanne Dracius. — Oui. Elle voulait que j’aille faire du shopping avec elle, ce matin ; je lui ai dit « Non, j’ai rendez-vous avec monsieur Césaire. » Donc, avec votre dédicace, je vais me faire un peu pardonner.
Aimé Césaire (lisant à haute voix le texte de sa dédicace). — « À Elmire Dracius que la Martinique remercie entre autres choses d’avoir mis au jour la poésie, la vraie : Suzanne ! Merci ! »
Suzanne Dracius. — C’est moi qui vous remercie ! Merci pour tout. Merci d’être.
25 janvier 2006,
Fort-de-France, la ville dont le Maire honoraire est un poète.

* Citation de la pièce Lumina Sophie dite Surprise de Suzanne Dracius (N.D.E.)

(Entretien publié dans Prosopopées urbaines, éditions Desnel, 2006)

- Texte intégral de l’entretien entre Aimé Césaire et Suzanne Dracius : cliquer ici

- Pour lire en ligne sur Planeteafrique.com l’entretien entre Aimé Césaire et Suzanne Dracius, cliquer ici