Ecrire, publier et éditer contre l’obscurantisme

dans Bondamanjak
lundi 11 novembre 2013
popularité : 18%

- Écrire, publier et éditer contre l’obscurantisme - bondamanjak

L’écrivaine martiniquaise Suzanne Dracius, qui a signé il y a quelques jours la pétition « Respect pour Christiane Taubira »,

http://www.petitionpublique.fr/PeticaoListaSignatarios.aspx?pi=P2013N45142

partage avec le Collectif R = (Respect) – qui compte parmi ses membres et premiers signataires de la pétition Maryse Condé, Françoise Vergès, Daniel Maximin, Jean-Michel Martial, Gerty Dambury, Luc Saint-Éloy, Tchisséca Lobelt, Michel Reinette, Régine Jasor, Karole Gizolme et Céline Dormoy et à laquelle ont déjà souscrit, depuis le 23 octobre, 2852 personnes –, la volonté de faire part de son indignation face aux photos, propos et actes racistes, injurieux et dégradants proférés à l’encontre de Madame Christiane Taubira, Garde des Sceaux, Ministre de la Justice.

Interviewée par le journal Témoignage chrétien dans le n° 3433 du 24 février 2011, Suzanne Dracius répondait à la question « La France est-elle raciste ? » que « Le racisme est soluble dans l’encre noire ». Dans ses propres œuvres comme dans les ouvrages collectifs qu’elle a coordonnés, s’affirment sa « légitime colère » et cette même volonté de lutter contre le racisme, auxquelles s’associe l’éditeur Jean-Benoît Desnel :

« Tantôt sans papiers, les nègres d’Afrique, tantôt sans terre ou sans âme. Il leur manque toujours quelque chose, à en croire certains beaux esprits, et même pour les aréopages de quidams érudits ! Le nègre est toujours sans ceci ou sans cela… On a tellement discuté, à la fameuse controverse de Valladolid, pour savoir s’ils avaient une âme sous leur peau noire, les nègres qu’on est allé voler à l’Afrique ! C’étaient les grands chefs catholiques qui se posaient cette question subtile… La menace s’avère rémanente ! Vous la verrez réapparaître, grimaçante, intempestive, l’hydre à mille gueules du racisme, escortée de sa hideuse jumelle, xénophobie ! »
Suzanne Dracius, Lumina Sophie dite Surprise, éd. Desnel, 2005.

« La couleur des maux »
J’ai mal
Malgré moi
J’ai mal
De cette couleur devenue loi
Malaise immense et germinal
Le mélanome est là
Silencieuse douceur vénale
La mélanine est là
Extrait du poème d’Emmanuel Tjibaou paru dans Hurricane, cris d’insulaires, anthologie coordonnée par Suzanne Dracius, éd. Desnel, 2005.

« Aux horizons du Sud »
Blanche Neige, basanés, métèques
Des mots qui nous font des bosses
Des maux qui nous donneront force
D’être debout dans nos peaux
Nous autres, aux arcs-en-ciel du Sud
Extrait du poème de Suzanne Dracius paru dans Exquise déréliction métisse, éd. Desnel, 2008.

« Presqu’île ou Trop ismes »
Je me méfie de tous les mots en isme,
porteurs de mentalités étroites et d’appartenances réductrices,
étendards d’intolérances flottant au vent de pieux mensonges et de demi-vérités :
sectarisme, manichéisme, nationalisme, fascisme, impérialisme, totalitarisme, colonialisme,
négationnisme, révisionnisme, esclavagisme, ostracisme, racisme et autres fanatismes,
réduction des identités au commun dénominateur,
commun comme tellement ordinaire…
Faisant de l’homme presque quelqu’un :
un « presqu’il ».
Oui, je me méfie de tous les isthmes,
bandes de terre, langues de sable (parfois de bois !)
rattachant une île à la terre et la rendant presque…
Colonial isthme égale île désinsularisée,
départementalisée,
parle-menteurisée.
Extrait du poème de Patrick Mathelié-Guinlet paru dans Plumes rebelles, ouvrage collectif coordonné par Suzanne Dracius, éd. Desnel, 2011.

(photo George Alexandre)
JPEG - 165.4 ko