In "Little Patuxent Review", SUZANNE DRACIUS’s poetry "Pointe-des-Nègres"

(with translation by Nancy Naomi Carlson and an interview with Nancy Naomi Carlson).
mardi 2 juillet 2013
popularité : 16%

- In Little Patuxent Review, SUZANNE DRACIUS’s poetry "Pointe-des-Nègres"
(with translation by Nancy Naomi Carlson and an interview with Nancy Naomi Carlson).

Nancy N. Carlson interviewed by Ann Bracken from Little Patuxent Review about her translation process of Suzanne Dracius’ work (excerpt) :

LPR : How did you become interested in Suzanne Dracius’ work ?
NNC : I immediately was drawn to Suzanne, who creates protagonists, usually calazaza women (light-skinned mulatto women with red or blond hair), who struggle to fight racial and gender discrimination.
Suzanne’s work addresses such topics as feminism and negritude, and her language and voice are unique in that they are often sexually charged and shocking, while infusing references to Greek and Roman mythology. Suzanne considers herself a "calazaza gréco-latine" and celebrates her mixed ancestry of African, European, Carib Indian, and Chinese roots.
I decided to translate Exquise déréliction métisse, her only collection of poetry. Although most of the poems are written in French, two appear in Creole, and Creole expressions are sprinkled throughout the rest of the work. This book has never been translated into English. In 2009, a year after its publication, Suzanne was awarded the prestigious Prix Fetkann for this work. The judges cited the impressive richness of language, including the various linguistic registers of the text. Suzanne makes use of all kinds of words—simple, elaborate, rare, French, Creole, Greek, Latin, English, African, and “verlan” (French slang which reverses the order of syllables in many common words)—while also mixing up time (past, present, future), and blending the history of her Creole ancestors with current inhabitants of the Caribbean.

Extrait de l’interview de Nancy N. Carlson dans la revue Little Patuxent Review sur sa traduction d’EXQUISE DÉRÉLICTION MÉTISSE de Suzanne Dracius :

LPR : Comment vous êtes-vous intéressée à l’oeuvre de Suzanne Dracius ?
NNC : …J’ai immédiatement été attirée par Suzanne, qui crée des protagonistes, généralement des femmes « calazaza » (mulâtresses à peau claire avec des cheveux roux ou blonds), qui luttent contre les discriminations racistes et sexistes. L’œuvre de Suzanne aborde des sujets tels que le féminisme et la négritude, et sa langue et sa voix sont uniques en ceci qu’elles sont souvent sexuellement chargées et frappantes, tout en infusant des références à la mythologie grecque et romaine. Suzanne se considère comme une "calazaza gréco-latine" et célèbre sa généalogie métissée d’Africain, d’Européen, d’Indien Caraïbe et ses racines chinoises.
J’ai décidé de traduire Exquise déréliction métisse, son seul recueil de poésie. Bien que l’ensemble des poèmes soient écrits en français, deux apparaissent aussi en créole, et des expressions créoles apparaissent partout dans le reste de l’œuvre. Ce livre n’avait jamais été traduit en anglais. En 2009, un an après sa publication, le prestigieux Prix Fetkann a été attribué à Suzanne pour cet ouvrage. Les juges ont récompensé l’impressionnante richesse de la langue, ainsi que la diversité des registres linguistiques du texte. Suzanne emploie toutes sortes de mots, simples, élaborés, rares, français, créoles, grecs, latins, anglais, africains, et le "verlan" (cet argot français qui inverse l’ordre des syllabes dans beaucoup de mots courants) — en mélangeant aussi les temps (passé, présent, futur) et en mêlant l’histoire de ses ancêtres créoles à celle des actuels habitants des Caraïbes.