Bio-bibliographie succincte en 250 mots

samedi 8 décembre 2012
popularité : 20%

Née à Fort-de-France, Suzanne Dracius a passé son enfance en Martinique puis à Sceaux. Professeur de Lettres Classiques à l’issue de ses études au lycée Marie-Curie et à la Sorbonne, elle a enseigné à Paris, puis à l’Université Antilles-Guyane, à l’University of Georgia et à Ohio University (USA).
Révélée en 1989 par L’autre qui danse, finaliste du Prix du Premier Roman (Seghers), réédité en poche aux éditions du Rocher en 2007, une plume à la sensualité volcanique.

Ses œuvres, roman, nouvelles (Rue Monte au ciel, Coup de Coeur FNAC, Desnel, 2003), théâtre (Lumina Sophie dite Surprise, Médaille d’Honneur de Schoelcher, Desnel, 2005), poésie et ouvrages jeunesse (Fables de la Fontaine avec adaptations créoles & sources, Desnel, 2006), publiées en Europe et aux États-Unis, traduites en italien, anglais, espagnol, néerlandais, roumain, allemand, malgache etc., sont étudiées dans de nombreuses universités européennes, américaines, canadiennes et africaines.
(Photo : Remise du Prix Fetkann à Suzanne Dracius pour EXQUISE DÉRÉLICTION MÉTISSE (éd. Desnel) au Salon du Livre de Paris le 27 mars 2010 – avec José Pentoscrope et Jean-Jacques Seymour.)
JPEG - 69.3 ko

Son recueil de poésie Exquise déréliction métisse a remporté le Prix Fetkann 2009. En 2010, Dracius reçoit un Prix de la Société des Poètes Français pour l’ensemble de son oeuvre.

Déclarant « écrire au féminin pluriel », exaltant métissage et marronnage littéraire, coordonnatrice de l’ouvrage collectif Pour Haïti (Desnel, 2010), cette « calazaza » danse au son de sa mémoire scandée par les échos de l’Histoire, évoluant entre deux extrêmes, l’Antiquité et le Nouveau Monde, dans l’interrogation d’une France multiethnique de toutes les solitudes.

Son écriture est analysée dans Métissages et marronnages dans l’oeuvre de Suzanne Dracius, ouvrage collectif d’universitaires coordonné par Y. Helm (L’Harmattan, 2009).