L’entrebâillement de la porte (nouvelle variante 2010)

Version initiale publiée dans EXQUISE DÉRÉLICTION MÉTISSE (Prix Fetkann)
mardi 2 mars 2010
popularité : 10%

L’entrebâillement de la porte

À Samantha et à Marie Gauthier*

En plénitude d’œil ouvert,
Polychroïsme jouant dans
L’entrebâillement de la porte
Au gré de ces incidences que, vive, la lumière apporte
En multitude, champ offert
Par surgissement d’incarnats
Sur fleurs épandues en émoi
D’infinitude d’yeux cillant,
Immuable regard vigilant
Sur l’insigne féminitude,
Ton avenir n’est pas si différent du mien ;
Pourtant nos passés abolis divergent bien.
Or dans l’entrebâillement de la porte, là,
Paraît ton présent, Pandora.
Car dans l’entrebâillement furtif de la porte, là,
L’Espérance au fond restera.
Si s’oblitérait le passé, nous serions tous condamnés
À mille fois le ressasser.
Sur tréfonds d’ardent nacarat,
De sueurs, de sucres et de sangs,
Mêlés — ô métissage fervent —
Absolu regard vigilant,
Dresse-toi, libre, tu es là,
Fière, affranchie, Pandora.
Marronne de corps et de cœur,
Marron de force et de couleur,
Pour marronner, faire le mur,
Fuir, altièrement fugueuse.
Les murs de la honte, fougueuse,
Les dirimer, trouver la faille.
La dive porte s’entrebâille :
Sans procrastiner, Pandora,
Sur tréfonds de vifs baccarats,
Laisse gloser ces fronts d’éxégètes factices
Sur les indécryptables essences métisses.
Abandonne-leur ces pâleurs,
Ce qu’ils érigent en valeurs.
Quitte-les, ces pisse-copie !
D’Afrique et d’Inde et d’Utopie,
Dans l’entrebâillement de la porte, là,
Paraît ton présent, Pandora.
Parée pour ta Révolution,
Telle une ultime Abolition,
Parée, oui, de tous les dons,
Femme debout sur fleurs haut levées,
Écarlates, écartelées,
Bien plantée, fermement campée
Dans la confusion de tes sangs.

Port Royal, mai 2007- Pointe des Nègres, mars 2010

© Suzanne Dracius 2010

Version initiale publiée dans Exquise déréliction métisse, éd. Desnel 2008 (Prix Fetkann)
* Texte original publié au catalogue de Marie Gauthier, "Incarnats" (exposition à l’Atrium de Fort-de-France, 2007)
Nouvelle variante pour le catalogue de l’exposition de Marie Gauthier "Tropicales en mayo" à Paris en mai 2010.