Hommages à Pierre PINALIE de "Tous créoles !" et d’E. Ancet

dimanche 30 août 2009
popularité : 21%

- Hommage à Pierre PINALIE de Roger de JAHAM, Co-président de l’association "Tous Créoles !"
Lamentin, le 28/08/2009

Pierre PINALIE, qui vient de nous quitter à 71 ans, était membre de l’association « Tous Créoles ! ». Il nous avait rejoints dès la première heure, et nous avions validé sa candidature avec un très amical plaisir, en dépit du fait qu’il était d’origine métropolitaine : son attachement charnel à la langue créole et à notre pays traduisait sa profonde créolité.

On peut être créole de peau, de culture, d’adoption, de cœur, de naissance... Pierre illustrait parfaitement le fait que l’on puisse être un vrai créole, d’adoption comme de cœur. Il était tombé amoureux de la Martinique… et de Suzanne DRACIUS, au point, lorsqu’il l’a épousée, de s’appeler PINALIE-DRACIUS. Cœur créole…

Sur un plan plus personnel, nous savions apprécier nos destinées créoles propres, et avions rencontré du plaisir à échanger des livres ou des bandes dessinées en créole, comparant ainsi les créoles de l’océan indien et des Antilles.

Pierre PINALIE aura marqué notre pays, dont il s’était profondément imprégné. Ce pays qui est, par la grâce de la nature et de l’histoire, une curieuse machine à rassembler les diversités, tout en laissant leur place aux nuances.

Bon voyage, Pierre. Nous sommes convaincus que, là où tu vas, les valeurs du métissage et de la créolisation, si chers à ton cœur créole, t’auront déjà précédé !


Hommage à Pierre PINALIE d’Edouard ANCET, Chef d’Etablissement Honoraire, 19 septembre 2009

Olivier et Germinal, c’est à vous tout particulièrement que je m’adresse.
Au sortir du recueillement de circonstance autour de la dépouille de Raymond RELOUZAT, discrète mais brillante valeur de notre patrimoine créole, j’ai appris avec tristesse le décès de votre père. Je n’ai pu m’empêcher d’associer le poids douloureux de cette double disparition.
C’est à partir de 1999 à mon retour définitif au pays natal, que je me suis appliqué à mieux connaître votre père. En effet, au fil d’un long et précédent séjour, j’avais perçu :

Le prodigieux complice de votre Mère, l’Ecrivaine sensible de « L’Autre qui danse » [NDLR : Suzanne Dracius Pinalie est la mère de Germinal seul],
L’amour vrai du « zoreille » pour les Antilles et la Martinique,
Le labeur fécond, novateur et partenarial du Linguiste,
L’acteur engagé et embarqué dans notre exigeante, et pourquoi pas, exubérante quotidienneté.

Ce n’étaient là en vérité que les composantes actives d’une solide unicité ouverte aux valeurs d’un « Tout-Monde » en création.
J’ai alors découvert l’Homme pétri de l’idéal Communiste International, idéal devenu universel, entre autres, par deux grandes guerres.
A l’égal d’ARAGON, communiste jusqu’à son dernier jour qui chanta la « Diane Française » et cria « Hourra l’Oural », votre Père demeura jusqu’à son dernier souffle le partisan intimement fidèle à ce que l’historien François FURET interpréta comme « mirage et illusion » pour des jeunes générations de militants de la première moitié du 20ème siècle. C’était lors d’une soirée qu’il partagea avec son camarade et ami, le griot Gabriel Georges FITTE-DUVAL.
Universitaire, Poète, Homme de proue, Sentinelle de Valeurs, Défenseur tout autant que Procureur, au contact permanent d’une actualité aux péripéties parfois brûlantes, votre père restait toujours droit , dur et juste : Dieudonné, Dahomey, Créolité, Identité, Non conformisme, Antisémitisme le trouvaient toujours debout, comme il le fallait, parce que Pierre PINALIE avait su verticalement cultiver la Tolérance.
Olivier et Germinal, soyez fiers de votre Père, Pionnier et Témoin d’une époque fondatrice.
Ne négligez rien de son héritage. Qu’il balise et guide vos routes respectives.


Les obsèques de Pierre Pinalie, créoliste, auteur du Dictionnaire français-créole, décédé le 26 août 2009 à Paris, ont été célébrées samedi 5 septembre à 11 heures au Crématorium du Père Lachaise.

Samedi 19 septembre 2009 à 16 h à l’Habitation Saint-Étienne (Martinique) un hommage lui a été rendu en présence de son fils Germinal et de Suzanne Dracius, son épouse pendant 25 ans.

Ses cendres ont été dispersées en Martinique, conformément à ses dernières volontés.

Pierre a succombé à la maladie de Charcot, la sclérose latérale amyotrophique : sclérose latérale amyotrophique, cliquer ici
dont l’origine peut être dans l’environnement — la chlordécone, qui sait ?
Association pour la recherche sur la maladie de Charcot :
l’ARS, cliquer ici