Volcanique sagesse - Écrire en mon île confinée

9e jour de confinement
mercredi 25 mars 2020
popularité : 92%

VOLCANIQUE SAGESSE

La volcanique sagesse de mon oxymorique Martinique natale a souvenance que le 8 mai 1902, au mépris des signes avant-coureurs de l’éruption de la Montagne Pelée, on refusa d’évacuer la population de Saint-Pierre : il y avait des élections prévues, on voulait que les gens restent voter. Il y eut des dizaines de milliers de morts.
Tirer la leçon de l’expérience et suivre les bons exemples d’où qu’ils viennent, avec discernement. La France devrait savoir faire ça, si ses dirigeants ne l’en empêchent par une gabegie mortifère et diverses tactiques erratiques, à tâtons, à l’aveuglette, au jour le jour.
Plutôt que la vaine tactique « on se terre et on attend », la stratégie « sus au virus, on teste, on teste, on le traque, on teste tous azimuts, et on soigne les malades avec les bons médicaments » !
C’est une guerre ? Il faut envisager une campagne de dépistage massif, afin de préparer la sortie du confinement et d’éviter un rebond de l’épidémie.
Pourquoi ne pas suivre les bons exemples ? Puisque l’on n’est même pas sûr que le confinement soit efficace, pourquoi s’obstiner à le prolonger ?
Les USA et l’Allemagne n’imposent pas le confinement, les États-Unis d’Amérique tiennent à s’assurer de rester la première puissance mondiale, et quant à l’opulente République fédérale d’Allemagne, elle pourra asseoir son hégémonie à la tête de l’Europe face à une France exsangue, démoralisée, ruinée, vidée de ses forces vives au sortir d’un long confinement.
En l’état actuel des choses, il serait suicidaire de prolonger le confinement au-delà de la date initialement prévue. Il faut cesser le confinement ! Les fameux quatorze jours suffisent.
Pourquoi ne pas suivre les bons conseils, les conseils d’espoir, au lieu d’adopter une attitude de fuite, de reclus, de condamnés à l’inaction ?
Si c’est une guerre il faut donner l’assaut et non pas se cloîtrer, faire preuve de bravoure et non de lâcheté, d’audace et non de passivité, de résistance et non de fatalisme, affronter le danger et non se replier, soumis à un retranchement contraignant ; il faut déployer une batterie de tests.
« Testez, testez, testez », martèle l’OMS pour combattre le coronavirus.
C’est une guerre ? Alors va pour l’effort de guerre, la fabrication massive des armes qui ont fait leurs preuves. Et si c’est trop tard pour en fabriquer, en avant, les milliardaires, des sous par millions pour en acheter !
Trêve de chauvinisme mesquin ! C’est un Français, c’est un médecin, – quel que soit son style atypique –, qui préconise un traitement par la chloroquine à laquelle on ajoute l’azithromicyne, un antibiotique contre la pneumonie pour éviter les surinfections bactériennes, un cocktail dont les résultats se sont révélés spectaculaires sur les patients atteints du Covid-19.
C’est une guerre ? Il faut se battre et non battre en retraite !
Il n’y a aucun argument en faveur de la prolongation du confinement et tellement d’arguments contre ! Les contre-arguments et les arguments fallacieux sont vite écartés. Les éventuels effets secondaires ?… Mieux vaut courir un hypothétique risque de problèmes cardiovasculaires plutôt que de mourir !
Qu’est-ce qui empêche la France de reprendre une vie normale en limitant le nombre de morts, en soignant les malades à l’aide des médicaments qui se sont révélés efficaces, sans tarder, car tarder c’est criminel, tarder c’est laisser mourir.
Déchaînement des violences familiales dans le huis clos du confinement, explosion de la délinquance dans les fameuses zones de non-droit derrière le dos des policiers occupés à faire appliquer la loi du confinement, une année d’études gâchée, flambée de mutineries dans les prisons… Si jamais le printemps est chaud et si ça traîne jusqu’à l’été, ne peut-on craindre l’embrasement ? Mais qui a envie d’une France à feu et à sang pour cause de trop long confinement ?
« L’idée du cantonnement des gens pour bloquer les maladies infectieuses n’a jamais fait ses preuves. On ne sait même pas si ça fonctionne. C’est de l’improvisation sociale et on n’en mesure pas du tout les effets collatéraux. Que se passera-t-il quand les gens vont rester enfermés chez eux, à huis clos, pendant 30 ou 40 jours ? En Chine, on a rapporté des cas de suicides par peur du coronavirus. Certains vont se battre entre eux », dixit le Pr Raoult.
Et l’économie sinistrée, ça ne compte pas ?
Pourquoi n’écouter que les Dr Tant Pis et dédaigner la voix de la sagesse ?
Quels sont ces conseils de médecins qui ignorent les conséquences désastreuses d’un interminable confinement sur la psychologie de la population, sur l’économie du pays ? Pourquoi s’obstiner à imposer une stratégie suicidaire ?
« Prendre 100 personnes, la moitié avec des parachutes et l’autre sans, et compter les morts à la fin pour voir ce qui est plus efficace. Quand vous avez un traitement qui marche contre zéro autre traitement disponible, c’est ce traitement qui devrait devenir la référence. Et c’est ma liberté de prescription en tant que médecin », affirme le Pr Raoult.

Suzanne Dracius,
Pointe des Nègres, 9e jour de confinement, mercredi 25 mars 2020