Pointe des Nègres (Exquise déréliction métisse

Prix de la Société des Poètes français et Prix Fetkann)
vendredi 20 mai 2016
popularité : 14%

Pointe-des-Nègres

À Aimé Césaire, cette prosopopée de
la ville qui eut pour maire un poète

Là débarquèrent
naguère
les frères
et sœurs d’Afrique
en souffrance
sous France
sous-France
déportés.
Là s’épand ma gésine urbaine.
Thalassique est cette hystérie :
ce ventre est ventre
de la mer.
J’ai fécondé l’écume marine.
Moi je pénètre, tendue,
la houle porteuse de négriers.
Moi j’ai pointé mon phallus
dans l’utérus
océan
pour en faire naître des lots de nègres
tout debout.
D’ores et déjà, désormais
je fais assaut d’urbanité
sans parvenir à oublier
que je me nomme « Pointe-des-Nègres »
dépossédée de mon nom d’Afrique.
Comment me crièrent-ils
antan
ces enchaînés, lorsqu’ils posèrent
sur mon écale
leurs millions de pieds sanguinolents :
Fongo ? Dankan ? Goanuà ?
Ou bien Nchi Kavu ou Goà ?

Montent à mon oreille par gros vent
les noms qu’ils me hurlèrent naguère
ces rauques gosiers africains
avant que je ne fusse « Pointe-des-Nègres »,
pendant que j’étais Pointe à Nègres,
pendant que, de mon fer pointé
au fond des entrailles de la mer,
naissaient des lots, des piles de nègres
à l’envi,
des charges de nègres
à l’encan,
de mes graines, dans l’effervescence
de la matrice océane
au temps où je violais, impavide,
l’immensité caraïbe.
En elle j’épandis ma semence
en plein mitan de cet océanique bassin.
En sortirent des myriades de nègres
debout
hauts congos
haut levés.

Quel nom d’Afrique me donnèrent-ils
avant que les leucodermes
ne me baillent pour nom « Pointe-des-Nègres » ?
Souf ? Terrou-bi ? Lessdi ?
De leurs cabèches esclavées,
de leurs boudins
gonflés de faim,
leurs langues asséchées d’eau saline,
du tréfonds de leurs gosiers rauquis
de tant et tant crier famine,
quel nom d’Afrique pouvait sourdre ?
Fus-je criée Mabélé, Oto,
Monkili, Hmsé ou Molongo ?
Lorsque, sur ma squame courbant
leurs indénombrables échines
lacérées à coups de chicotte,
ils posèrent leurs pieds en sang
couverts de chiques,
tchip ! comment avaient-ils rauqué
« Terre ! Terre ! » en leurs langues d’Afrique ?
Terre je suis, sacrée, suburbaine,
multicolore, à ce jour.
En mon hypermarchand rond-point
quelle noire lumière diffuse mon phare ?

Pointe-des-Nègres – quartier de Fort-de-France, lieu de débarquement des esclaves déportés d’Afrique pendant la traite négrière.

Suzanne Dracius, extrait de EXQUISE DÉRÉLICTION MÉTISSE (Prix de la Société des Poètes Français et Prix Fetkann).
Disponible en librairie et en ligne. Pour commander à l’éditeur (vendeur indépendant, pas « esclave » du géant, « politiquement correct »), cliquer ici (choisir le vendeur rank72) :
http://www.amazon.fr/gp/offer-listing/291524720X/ref=dp_olp_new?ie=UTF8&condition=new
Envois en France, Outre-mer, Europe, Amérique du Nord (Québec, Canada - USA)
Ed. Desnel - 11 €